CSBE-SCGAB
Wednesday, 18 June 2014 12:00

Few Words From President Bernardo Predicala

bernardo-predicala “The journey of a thousand miles begins with one step” - Lao Tze. 

I think of the Society as a ship on a journey, albeit a ship much like those we would find during the very early years of maritime history, powered only by sails and operated by a crew working together efficiently to keep the ship afloat and set in the right direction. In such a ship, there are no paying passengers; each person on board has a specific duty which must be carried out diligently to keep the ship functioning properly, particularly when facing rough seas.  I believe this is very much true of our Society; each member has to be engaged in the operation of the Society in order to keep going and to survive.

Some may disagree with me, but I believe our ship has been sailing on rough waters for some time now, and may have even sprung some leaks that need to be fixed in order to keep afloat.  Clearly the Society can be in much better footing – financially, professionally, and even administratively. These are not new issues; Councils and Presidents before me have tried to address these in an effort to arrest the decline and to try to grow the Society. I am certain that subsequent Councils and Presidents will continue to work on this and I am glad to have been able to make the contribution to right the ship and steer it in the right direction.

But I was not alone in this journey; I have to recognize the efforts and give credit to the other members of the Society, not only Council members but also rank-and-file members who truly showed their commitment to the Society and have put in their good measure.

However, as the quote above implies, the work is not yet done and there is still a long way to go.

Members can be much more engaged in the operation of the Society, just an example, in the election of officers. Some years ago, I remember it was raised during the AGM that our election process needs to be more transparent; some expressed concern that it appeared that CSBE officers were selected through some backroom negotiations, with no inputs from the general membership. Well, this year we put much effort to address just that – we wanted the general membership to be involved right from the nomination process by putting out repeated calls for nominations for key council positions. Sadly, after an extended period waiting for nominations, not a single one was submitted to the nominations committee. So now we have no other recourse but to contact individuals directly to request them to stand for election. Fortunately, we were able to find suitable candidates who agreed to be considered for election. Now, there is one more opportunity for members to be involved in this election; Council has put the effort as well into putting in place an online election system; hence for the upcoming election, there’s no reason for members even those who are unable to come to the AGM not to put in their vote.

One big thing for this year is the joint meeting with ASABE in Montreal. By now, members should have registered for this conference in July; this joint event only happens once every five years, and alternately hosted between Canada and our U.S. counterpart, so this actually comes to Canada once every 10 years only. I would encourage all our members, particularly the younger generation, students and professionals alike, to take advantage of this opportunity to participate and interact with the largest gathering of people in our profession.

Summing up the messages I tried to convey through past and current contributions to this column, readers might note that I tried to do things differently in an effort to shake things up a little bit. Those who are paying close attention would even note that beyond the usual safe rhetoric, I even intentionally inserted some ‘thought-provoking’ bits in an attempt to stimulate further discussion, short of inciting a full-blown controversy. I’m not sure if I’ve been successful though because so far I have not received any feedback yet, good or bad. Either this tells me that my writing is so bad that it doesn’t raise any interest among our members, or could this be an indication that our Society is too far gone that nobody even reads the Newsletter anymore?


Le mot du Président

"Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas» - Lao Tseu

Je pense que de la Société est comme un navire qui voyage, mais un navire comme ceux des premières années de l'histoire maritime, uniquement propulsé par des voiles et opéré par un équipage travaillant de concert et efficacement afin de garder le navire à flot et sur la bonne voie. Dans un tel navire, il n'y a pas de passagers payants. Chaque personne à bord a une tâche spécifique qui doit être effectuée avec diligence pour maintenir le bon fonctionnement du navire, notamment face à une mer agitée. Je crois que ce syllogisme s’applique bien à  notre société car chaque membre doit être impliqué dans la gestion de la Société afin de la maintenir active et en vie.

Certains peuvent être en désaccord avec moi, mais je crois que notre bateau a navigué sur les eaux agitées pendant un certain temps, et peut-être même subi  quelques fuites qui doivent être maintenant colmatées pour nous maintenir à flot. Il est clair que la Société peut être en bien meilleure position - financièrement, professionnellement, et même sur le plan administratif. Ce n’est rien de nouveau : les conseillers et les présidents avant moi ont tenté d’enrayer le déclin et d'essayer de développer la Société. Je suis certain que les conseillers et les présidents ultérieurs continueront à travailler sur ce sujet et je suis heureux d'avoir pu apporter ma contribution à redresser le navire et l'orienter dans la bonne direction.

Mais je n'étais pas seul dans ce voyage. Je dois reconnaître les efforts et donner du crédit aux autres membres de la Société, non seulement les membres du Conseil, mais aussi les membres réguliers qui ont vraiment montré leur engagement envers la Société et ont contribués à son développement.

Cependant, comme la citation ci-dessus l'indique, le travail n'est pas encore terminé et il y a encore un long chemin à parcourir.

Les membres peuvent être beaucoup plus engagés dans l'opération de la Société, par exemple, à l'élection des conseillers. Il y a quelques années, je me souviens qu'il a été soulevé lors de l'assemblée générale que le processus électoral doit être plus transparent. Certains craignaient que les conseillers de la CSBE soient choisis en coulisses, sans l’avis des membres. Eh bien, cette année nous avons mis beaucoup d'efforts pour palier à ce problème : nous voulions que l'ensemble des membres participe dès le processus de mise en candidature en envoyant plusieurs  appels aux nominations pour des postes clés du conseil. Malheureusement, après une longue période d'attente, aucune nomination n’a été soumise au comité. Alors maintenant, nous n'avons pas d'autre recours que de communiquer directement avec des candidats potentiels et leur demander de se présenter aux élections. Heureusement, nous avons réussi à trouver des candidats adéquats qui ont accepté d'être nominés pour l'élection. Maintenant, nous invitons TOUS les membres à participer à l’élection en utilisant un nouveau système de vote en ligne mis de l’avant par les membres du Conseil. Donc pour la prochaine élection, il n'y a aucune raison pour les membres, même ceux qui ne peuvent assister à l'Assemblée Générale, de ne pas participer au vote.

Un grand événement cette année est sans contredit la réunion conjointe avec l’ASABE en juillet à Montréal. Au moment d’écrire ces lignes, je souhaite que beaucoup de nos membre se soient déjà inscrit car cet événement conjoint n’arrive qu’une seule fois tous les 5 ans et présenté aux 10 ans au Canada. J'encourage tous nos membres, en particulier la jeune génération, les étudiants et les professionnels, à participer et interagir lors du plus grand rassemblement de professionnels du domaine.

Si je résume le message que j'ai essayé de transmettre à travers mes éditoriaux, vous noterez que j'ai essayé de faire les choses différemment afin de vous faire réagir un peu. Ceux qui y ont porté attention remarqueront qu'au-delà de la rhétorique conservatrice habituelle, j'ai volontairement inséré quelques «pensées provocatrices» dans l’espoir de stimuler la discussion, sans toutefois inciter à la controverse. Je ne sais pas si j'ai réussi car jusqu'à présent je n'ai reçu aucun commentaire, bon ou mauvais. Soit mon écriture est si mauvaise que cela n’a suscité aucun intérêt parmi nos membres, ou cela pourrait-il être une indication que notre Société est si loin de la réalité que plus personne ne lit notre bulletin d’information?

Read 2137 times Last modified on Wednesday, 18 June 2014 13:59
Bernardo Predicala

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Submit your news

The CSBE is looking for news from its members!

Please send your text with good resolution pictures to This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.Your news will be published in the next Perspectives Newsletter.

Search for News